Patrick Corneau

Certes tout va mal. Mais cela vaut-il la peine de se mettre martel en tête ? de se taper la tête contre les murs (au risque d’abîmer les murs) ? Non. Sûrement un grand éclat de rire sera bien plus profitable ; et pour la tête, et pour les murs… C’est d’ailleurs le conseil de la philosophe Cynthia Fleury dans son récent essai : la vis comica est le meilleur atout pour lutter contre l’effondrisme et toutes les passions tristes dans lesquelles il nous fait patauger. 
L’humour est ce qui reste à l’homme lorsqu’il a tout perdu. Il peut être salvateur y compris dans des camps entourés de barbelés et d’où s’élèvent de sinistres fumées… Nous le savons. Mais écoutons les arguments de la philosophe défendre l’humour comme « ressource dans la lutte contre le ressentiment humain » : « Ce jeu de l’humour avec l’espace-temps, art de la symbolisation en somme, nous le connaissons bien, et chacun peut en faire l’expérience : cette échappée de l’instant, sans pour autant nier le présent mais sans s’y soumettre, cette distance prise qui pourtant ne produit pas de déréalisation, du moins pas au sens pathologique du terme ; pour le maintien minimal de la santé psychique de l’homme, la vis comica est essentielle et trop peu sollicitée. On manque sa véritable nature, on en fait un atout superfétatoire ou un talent marchand, prompt à faire rire les autres, sans conscientisation réelle, juste pour les divertir. C’est là une toute petite partie de l’humour, la moins intéressante, la moins apte à la sublimation. Elle fait écran, à l’inverse. »
Bon, certains remarqueront que cette défense de l’humour n’est pas particulièrement hilarante. Mais il n’est pas dit non plus que les philosophes sont des gens particulièrement « marrants », même si par le passé j’ai pu présenter un petit livre fort enlevé de Philippe Arnaud sur le rire des philosophes. 

Quelques noms font exception… l’humour cinglant et parfois d’un noir absolu (genre Vantablack) de Cioran est extrêmement réconfortant sachant qu’il ne s’agit pas pour lui de « soigner » comme l’explique Cynthia Fleury : « La guérison n’ayant aucun sens, le soin semble vidé de toute substance. Pourtant ce qui fait soin pour d’autres, et pour lui-même, c’est bel et bien son style. Cioran reste pour autrui un passe-muraille, une voie qui nous permet à nous, lecteurs, de produire de l’issue, même si celle-ci est tout sauf simple car à le lire le découragement peut nous envahir. Pour autant, par son style, il demeure ressource esthétique et thérapeutique. Et le style peut se révéler éthique, au sens où il nous invite à une sublimation. » Derrière le style terriblement incisif de Cioran, « un véritable défi au néant » disait-il, il y a une rectitude, même si le penseur roumain est le premier à ne pas s’illusionner sur lui-même, connaissant trop ses vices et ses insuffisances. Pourtant s’abandonner « à l’ivresse de la désolation » n’est pas donné à tout le monde, et le faire avec constance, longanimité voire avec panache, en résistant aux pulsions mortifères est hautement édifiant. Citant un aphorisme extrait de Des larmes et des saints (« Être incapable de résister à soi-même, voilà où aboutit le manque d’éducation dans le choix de ses tristesses. »), Cynthia Fleury commente : « Se lamenter sur son sort, si juste soit cette lamentation, est indigne, la preuve d’un manque de savoir-être indéniable. « Choisir ses tristesses », formule implacable pour dire que toutes les mélancolies ne sont pas de même nature et qu’il y a des chagrins qu’un individu doit savoir laisser de côté pour ne pas sombrer dans le ridicule. Cette vérité éthique est dite chez Cioran par la seule voie du style, car il ne se permettrait pas de se présenter comme moraliste. » 
Le style peut donc être une force d’exfiltration du marasme intérieur. Et a fortiori l’humour porté par la force d’un style savoureux ou génial s’avérer être un levier d’une grande puissance. Les coups de pieds forgés par le style sont bienfaisants. Qu’on se le dise.

Si je me suis éloigné de mon propos initial qui était de vous parler d’un ouvrage à l’humour proprement renversant, c’est pour mieux faire valoir les mérites « exfiltrants » d’un style revigorant précisément. 
En ces jours de grisaille, de grises mines et de masquineries, il est rare de tourner des pages avec un permanent rictus oscillant entre rire et sourire… C’est pourtant le cas avec La princesse et le pangolin de Marc Lambron qui vient de paraître aux Éditions des Équateurs / Humensis. 
Marc Lambron a écrit un redoutable petit texte où il joint l’acuité d’un regard posé sur les absurdités de notre époque au talent d’un conteur plein de charme, exquisément drôle – ce qui n’interdit pas à ce moraliste souriant quelques sévères et profondes leçons sur l’ineptie humaine. Il faut rappeler que Lambron avait commis en 2007 avec Mignonne, allons voir un cinglant (et sanglant) portrait de la Madone du Chabichou lorsque celle-ci était aux affaires… 

De quoi est fait ce conte philosophique ? Et qui en est la cible puisqu’il s’agit aussi d’une charge ? D’emblée disons qu’on est à la croisée (réussie) de l’ironie acide de Voltaire et de la poésie un peu sucrée de Saint-Exupéry. 
Le plot : en plein désert, un géologue rencontre la princesse Greta (suivez mon regard vers une certaine lycéenne suédoise au regard de cyborg célèbre pour ses How dare you ?). D’un ton farouche, elle lui ordonne : « Dessine-moi une chauve-souris ! »
La princesse Greta vit sur une minuscule planète, intégralement bio. Mais des insectes menacent ses plants de quinoa (non OGM) et seule une chauve-souris peut les chasser avec une délicatesse écoresponsable.
Avant de débarquer sur Terre, Greta a fait escale sur différents astéroïdes : l’astéroïde Charlie (Chaplin), l’astéroïde Ernesto (Guevara), l’astéroïde Frank (Sinatra), l’astéroïde, Karl (Lagerfeld), l’astéroïde Nelson (Mandela), l’astéroïde Janis (Joplin), l’astéroïde Albert (Einstein). À chaque fois, s’établit un échange drôle et piquant sur l’esprit d’enfance, le capitalisme, la révolution, la violence, le rock, la méchanceté des hommes, la nature. Jusqu’au jour où la princesse rencontre un pangolin, animal d’une sagesse antique, menacé par la race humaine, qui lui enseigne le langage du cœur et de l’amour… 
Je ne dévoilerai rien de cette équipée qui tient de Star Wars et de Pomme d’Api et se termine par une pirouette très inattendue que l’on pourrait qualifier de Amor ex machina… Il faut lire ! 
Il faut lire les dialogues sidérant (c’est le cas de le dire) entre cette petite diablesse imbibée, estampillée, orthonormée de tout ce que l’écologie a de rabat-joie et les zinzins rencontrés sur leurs astéroïdes qui, à l’aune du discours écologiquement correct de la damoiselle, finissent par nous apparaître franchement sympathiques, parce que dérisoirement ET sublimement HUMAINS…

C’est une époque curieuse que nous vivons : il faut aller frapper à la porte de l’Académie française pour trouver un écrivain qui veuille bien – par talent d’écriture, d’imagination joyeuse et de style impeccable – nous faire prendre les vessies de l’époque pour des lanternes de vérité.
Pour notre plus grand bonheur, cela va sans dire…

Pour le plaisir : la rencontre de Greta avec Karl Lagerfeld

La princesse et le pangolin de Marc Lambron, Éditions des Équateurs / Humensis. LRSP (livre reçu en service de presse).

Illustrations : Photographie de Marc Lambron ©Manuel Lagos Cid / Éditions des Équateurs.

Prochain billet le 3 décembre.

Laisser un commentaire

Patrick Corneau