Bêtise magistrale: il faut ne rien comprendre pour oser tout expliquer.
Bêtise écolière: les gens qui ont besoin d’explications sont justement ceux qui ne les comprennent pas.
A rapprocher de Kita Minoru (Ecole de Nô): « L’important, ce n’est pas de comprendre ou de ne pas comprendre, mais c’est la manière dont on ne comprend pas. »
Enfin, selon Benjamin Constant, « Tout comprendre, c’est tout pardonner*. »
– Erreur! Il est des choses qu’on excuse plus à dater du jour où on les comprend. Pensons à cette exclamation de Péguy à qui l’on disait un jour: « Souvenez-vous de la recommandation du Christ lui-même: ‘Ne jugez point’ », et qui avait répondu: « Mais je ne juge pas: je condamne. »

* Catherine de Sienne, déjà: « Où il y a de la compréhension, l’amour suit bientôt ».

Illustration: photographie de Ilona Wellmann.

  1. Oui, ce registre est devenu quasi incompréhensible à notre époque dont le cynisme s’exprime par la raillerie.

    C’est juste, il y a une atmosphère « nordique » dans cette photo, quelque chose d’intérieur (intériorité) dans la lumière qui fait penser à la peinture hollandaise, une ambiance propice à la méditation et à l’examen de conscience; on est donc pas très loin de Bergman…
    Au départ, c’est plutôt le symbolisme de la fenêtre (et de la chaise) qui m’avait orienté.

Répondre à L'Oeil Vagabond Annuler la réponse.

Patrick Corneau