A méditer la réponse de l’écrivain Peter Handke, vilipendé par toute la presse européenne pour avoir affirmer « être non pas pour, mais toujours avec les Serbes, et avec la Serbie, même s’il ne s’agit en aucun cas d’insulter un autre peuple »:
« Je suis seul et, quand on vit seul, on a tendance à se sentir coupable (c’est la tendance Kafka) ou magnifique. Ce sont les deux dangers. Je ne suis ni coupable ni un héros. Je suis le troisième homme. »

  1. Pingback:Free games

Répondre à L'Abrincate Annuler la réponse.

Patrick Corneau