D

Days run away like wild horses over the hills

« Désormais il n’est de soir où je ne me répète cette phrase: Days run away like wild horses over the hills. Elle a son rythme propre; en anglais elle est très belle. Si j’essaie de traduire, elle dit à peu près: ‘Les jours s’enfuient comme des chevaux sauvages par-dessus les collines’. Tous les jours. Oui, chacune de nos journées, quand elle s’achève, s’abîme à l’horizon des possibles, disparaît, est engloutie, aussitôt suivie par d’autres qui s’engloutissent derrière elle chacune à son tour… Cette phrase qui me revient sans cesse, et que je me répète soir après soir, à la façon d’un mantra, est en fait le titre d’un poème de Charles Bukowski, dont la langue passe pour plutôt crue.
(…) Days run away like wild horses over the hills, LES JOURS S’ENFUIENT COMME DES CHEVAUX SAUVAGES PAR-DESSUS LES COLLINES. Quand j’entends cette musique-là, je me dis qu’il faut toujours dire la fin des choses avec poésie. Cela passe mieux, cela sauve un peu. L’image est ici à la fois belle et dramatique, elle se déploie avec une sorte de liberté souve­raine et la noblesse des choses animales et indociles. Elle rassemble en quelques mots tout le mouvement du temps et de l’espace qui nous est brièvement imparti. La vie nous échappe, mais elle le fait avec élégance et splendeur. Elle n’est pas si domestique que nous croyons. Si elle fuit, c’est le regard tourné vers l’horizon. C’est une fuite magnifique. Elle est ainsi faite d’une sauvage liberté que nous ne comprenons pas tout à fait. »

Jean-François Duval, « Bukovski, les jours qui s’enfuient », Trois semaines l’hebdomadaire éphémère, mercredi 11 avril 2012. [Que l’auteur me pardonne de n’avoir retenu de son bel article que son commentaire de la phrase de Bukovski]

Illustration: Wild Horses Monument, Central Washington State/Photographie Flickr clancymunson.

  1. Cher Lorgnon,

    Le mouvement éternel de la poésie…

    « Admettons que ce monde de Rosée
    Ne soit qu’un monde de rosée.
    Ceci admis,
    Pourtant. »
    Haïku d’Issa (1828)

    Sauver ce qui peut l’être encore afin d’échapper à cette vie pleine de préoccupations médiocres, nous avons trop négligé la question.

    Bien à vous, Virginie.

    1. Cédric says:

      Par deux fois, chère Virginie, je lis sous votre plume aujourd’hui « préoccupations médiocres » comme si cela était un « mal », qui a dit qu’il ne fallait avoir que des « préoccupations élevées » ?

      Ce qui est sûr, c’est que celui qui les fuit, celui qui ne veut pas s’y confronter, à ces « préoccupations médiocres », les nourrit, les fait grandir et les trimballera toujours partout où il croit fuir…

      A mes yeux, ne sont « médiocres » que les jugements dont on affuble nos préoccupations…

      Toute préoccupation peut être belle, même les plus douloureuses, belle car vue pour ce qu’elle est et pas pour ce qu’on voudrait qu’elle soit…

      Quoi qu’il en soit, recevez toutes mes pensées amicales !

  2. Rodrigue says:

    « Ils partiront dans l’ivresse ». Cette phrase a été lue à la BBC. C’est aussi un titre de livre.(Je vous laisse découvrir lequel ?) Et c’est aussi très poétique.

    1. Cher Frédéric Schiffter,
      Je ne regrette qu’une chose c’est d’être monté dans le train fou qu’à la 5ème semaine, quelle joyeuse compagnie, pleine de « gaia scienza », il y a là! J’ai déjà « saudades » de l’après…

Répondre à Alfonso Annuler la réponse.

Patrick Corneau