Les récents désordres naturels en Europe du nord nous rappellent une fois de plus (apprendrons-nous?) notre évidente vulnérabilité face aux météores*. Et aussi que l’ordre naît du désordre. Plus je secoue un tamis, plus je trie, ordonne les éléments qu’il contient selon leurs tailles. La pierre qui tombe dans l’eau (désordre) abolit la parfaite horizontalité du liquide et produit un cercle parfait (ordre).

Cela prouve-t-il que l’ordre naît du désordre, ou l’inverse? Disons qu’ordre et désordre viennent d’un mouvement; un mouvement qui corrompt un certain arrangement et en génère un autre (selon Ibn al-‘­Arabi, « L’origine de l’existence est le mouvement »).
Pourtant, ni l’horizontalité ni le cercle ne produiront la chute de la pierre.

*J’aime ce mot un peu oublié (« Vx ou didact. » selon Le Petit Robert) qu’avait honoré en son temps Michel Tournier dans un assez bon roman.

Répondre à lorgnonmelancolique Annuler la réponse.

Patrick Corneau