S

Sous le ciel de Paris – conte philosophique (VIII)

Patrick Corneau

Lui c’est Greg, elle c’est Cloé. Ils n’ont aucun « problème de vie ». C’est l’exemple même du couple idyllique. Ils s’aiment. Ils sont heureux. Ils se regardent d’âme à âme avec des yeux humides et ne se lâchent pas la main depuis leur rencontre à une manif « Mariage pour tous ». Ils sont beaux, souriants, sensuels, tendres, tout va bien avec leurs deux enfants tout mignons : « ma puce », « mon cœur ».
Greg et Cloé sont responsables : pionniers de la lutte-contre-les-antennes-relais-de-téléphonie-mobile-à-proximité-des-écoles (même s’ils pensent qu’être connecté est un droit et qu’il faut faciliter l’accès de toutes les catégories sociales à la possession et l’usage de la « tablette unique »). Ils aiment leur quartier des Batignolles où « ça bouge bien ». On les voit arpenter les travées de manifestations « salon des loisirs, forum des associations » où se retrouve toute une société d’admiration mutuelle qui désire se dévouer à l’Autre. Car ils veulent rendre les autres témoins de leur bonheur. Dans la conversation, ils arrivent vite à expliquer à leur interlocuteur comment ils ont fait pour en arriver là. À tout bout de champ, mimétiquement, ils disent : « Nous avons eu la chance de… » : « Nous avons été invités à l’émission Ce soir (ou jamais !) où nous avons eu la chance de rencontrer Frédéric Lenoir qui présentait son livre ». Ils parlent des « papas », des « mamans », des « bises » et des « bisous », comme à la télévision, comme des bonnes, comme des enfants, comme des enfants de bonnes.
Greg et Cloé sont éperdus de reconnaissance envers notre monde merveilleux. Ils aiment « se faire plaisir » et « faire la fête ». Tout ce qu’ils font c’est bien, c’est formidable, ça les enthousiasme : « Que du bonheur ! » répètent-ils. Ils adhèrent à toutes les publi-campagnes qui veulent notre bien : rouler en trottinette, croquer cinq légumes crus en repoussant les plats en sauces, donner un euro pour le micro-crédit, boire du thé cultivé sur les hauts plateaux sri-lankais par des paysans tamouls qui ont renoncé à la déforestation dans le cadre du programme « Sauvons la forêt sri-lankaise » soutenu par le fonds mondial contre la déforestation du sous-continent indien.
Greg se passionne pour les énigmes ou les mystères de l’Histoire : il est convaincu que le Vatican nous ment depuis des siècles sur la sexualité du Christ, la répression des cultes païens, le secret des Vaudois, le trésor de Rennes-le-Château, etc. Il aime les romans qui ont un arrière-plan « spirituel », qui racontent une « quête de sens » ou dévoilent des choses cachées depuis la fondation du monde. Cloé n’aime pas les auteurs français. Elle lit exclusivement de la littérature étrangère publiée chez Actes Sud en chaussant des lunettes à monture rouge. Elle est abonnée à Télérama.
S’ils partent en vacances en Turquie, alors ils lisent des « bouquins » turcs, ils racontent aux enfants des contes turcs, ils mangent des kebabs et des baklavas, enfin ils se préparent. Ils ont fait une vidéo sur leurs vacances en péniche l’an dernier. Ils l’ont mise sur YouTube. Ils aiment donner des bons conseils à tout le monde. A eux deux, ils ont 583 « amis » sur Facebook. C’est le cool couple. Le couple « zéro défaut ».

La plupart de leurs amis – auxquels ils ont, à la longue, inoculé une misanthropie féroce – parient qu’ils ne tarderont pas à s’entredéchirer. On attend la chute : vociférations, postillons et chagrins light. Oui, la vie en couple, « c’est pas h‘évident ». On peut imaginer qu’un coach formé à la Happiness Therapy les aidera à « travailler sur soi », les initiera aux « disputes équitables », aux « conflits constructifs », aux « ruptures sereines », à moins qu’ils ne rejoignent un groupe de parole issu du mouvement « Fraternité Générale ».

(à suivre)

Illustration : photographie ©LeLorgnonmélancolique.

Prochain billet le 17 juillet.

Répondre à Patrick Corneau Annuler la réponse.

Patrick Corneau