img_1808ferli0IL PARAÎT que Proust s’emportait dès qu’une fleur ou qu’une femme portant du parfum pénétrait son appartement.

IL PARAÎT que Glenn Gould lisait aussi bien les notices des tranquillisants que les partitions de Bach.

IL PARAÎT que tous les pétales de la fleur du camélia tombent en même temps.

IL PARAÎT que le dodécaphoniste Schönberg (né un 13 septembre et mort un vendredi 13) était terrifié par le chiffre 13: il élimina du titre de son opéra Moses und Aron (Moïse et Aaron, composé en 1930) le second « a » d’Aaron afin qu’il ne comporte pas treize lettres. Dans ses compositions, le chiffre 13 n’intervient jamais comme mesure; à peine une fois comme chiffre de pagination.

IL PARAÎT que depuis 2014 les écoliers de quarante-cinq États américains n’apprennent plus à écrire manuellement mais doive se contenter du clavier.

IL PARAÎT que les Indiens Piraha se passent des chiffres: « un » opposé à « plusieurs », ou « des tas », leur suffit à exprimer la quantité.

Illustration: photographie ©Lelorgnonmélancolique.

Répondre à lorgnonmelancolique Annuler la réponse.

Patrick Corneau