20150802_16075000ferli4Les preuves de l’existence de DIEU (si, si….) se trouvent à la GALERIE DE20150730_164747 MINÉRALOGIE ET DE GÉOLOGIE du Muséum National d’Histoire Naturelle – exposition « TRÉSORS DE LA TERRE« .
Les plus belles pièces de la collection de minéralogie sont exposées : 600 minéraux (dont la prestigieuse collection de Roger Caillois avec quelques très belles pièces rassemblées dans une vitrine du hall d’entrée), parmi lesquels des cristaux géants uniques au monde et des pierres précieuses, côtoient des météorites venues des confins de l’espace.

Incontournable, indispensable, sublime – à voir, les mains jointes ! ! !

Visite ici

20150802_160916Un des intérêts de l’exposition est d’infirmer la vision que nous avons des pierres et de leur « éternité » (extrait du catalogue de l’exposition):
L’apparente immuabilité des cristaux cache en réalité de grands déséquilibres à l’échelle des temps géologiques. Diamant et obsidienne (verre naturel composé de silicates et d’oxydes) constituent deux exemples de gemmes qui nous semblent stables, voire éternelles. Mais qui ne le sont pas. Formées dans des conditions très différentes de celles qui prévalent à la surface de la Terre – à 150 kilomètres de profondeur pour le diamant et lors d’une coulée de magma incandescent pour l’obsidienne – les lois de la cinétique prédisant que, dans l’avenir, ces deux gemmes se transformeront toutes deux. Chacune formera divers autres minéraux, suivant une échelle de temps particulière: une obsidienne peut se transformer en argile en quelques dizaines de milliers d’années, tandis que la «durée d’existence» d’un diamant est estimée à plusieurs milliards d’années. Les chercheurs ont pu observer que la géodynamique terrestre contribue à recycler les substances minérales: magmatisme, sédimentation et métamorphisme. Les minéraux apparaissent, existent et disparaissent pour se recombiner quand les conditions géologiques évoluent au gré, par exemple, de la tectonique, du volcanisme ou de l’altération. On peut parler d’«évolution minérale» et le potentiel de nouvelles découvertes apparaît sans limites. La géodiversité s’enrichit en effet d’une centaine d’éléments chimiques différents qui se combinent et réagissent en tout milieu, que ce soit sur Terre ou au sein d’une lointaine galaxie. Ce phénomène perdure et se complexifie au cours du temps depuis le «Big Bang» primordial, il y a environ 13,8 milliards d’années.

Illustrations: (en haut) Agathe polyédrique paradoxale provenant de la collection Roger Caillois, photographie©Lelorgnonmélancolique / ©Muséum National d’Histoire Naturelle.

  1. serge says:

    « Je parle des pierres qui n’ont même pas à attendre la mort et qui n’ont rien à faire que laisser glisser sur leur surface le sable, l’averse ou le ressac, la tempête, le temps. »
    Roger Caillois

    1. Roger Caillois est un magnifique poète et écrivain mais (contrairement à sa vision de poète) les pierres, elles aussi, sont vouées à la mort, ou du moins à des mutations (voir l’addendum à mon billet sur la « géo-évolution »). 🙂

Répondre à serge Annuler la réponse.

Patrick Corneau