« D’abord, l’homme fut purement et simplement père, et son cœur battit chaudement, concentré dans le rayon de sa famille. Plus tard, il vécut pour un clan ou pour une petite république: de là les grands dévouements historiques de la Grèce ou de Rome. Puis il fut l’homme d’une caste ou d’une religion pour les grandeurs de laquelle il se montra souvent sublime; mais, là, le champ de ses intérêts s’augmenta de toutes les régions intellectuelles. Aujourd’hui, sa vie est attachée à celle d’une immense patrie; bientôt, sa famille sera, dit-on, le monde entier. Ce cosmopolitisme moral, espoir de la Rome chrétienne, ne serait-il pas une sublime erreur? Il est si naturel de croire à la réalisation d’une noble chimère, à la fraternité des hommes. Mais, hélas! la machine humaine n’a pas de si divines proportions. » Balzac, Le curé de Tours.

Vision grandiose de l’effondrement du spirituel dans le cauchemar historique de la religion humanitaire et mondialiste.

Illustration: Photomontage ©Lelorgnonmélancolique

Répondre à Cédric Annuler la réponse.

Patrick Corneau