« Si le cynisme antique m’a toujours paru imbuvable, c’est parce qu’il est l’exact contraire du félinisme que je cultive. Le félinisme? L’art de vivre comme un chat.  ‘Pourquoi les démocrates n’aiment pas les chats?’ interrogeait Baudelaire. ‘Il est facile de le deviner, répondait-il: le chat est beau, il révèle des idées de luxe, de propreté, de volupté, etc.’ Ce qui, notons-le, ne le rend pas étranger au renoncement: combien de fois le voit-on remettre à plus tard la traque d’une souris pour s’abandonner à une longue sieste? » F. Schiftter

Il va de soi que le Lorgnon est un fervent adepte du félinisme…

Illustration: photographie de Masahiro Makino.

  1. looloo says:

    Bonjour,
    Je suis une amoureuse de chats. J’en ai 6, si j’avais plus de temps et d’argent, j’en aurais encore plus…

    J’ai un problème avec votre blog: je ne sais plus consulter que le billet le plus récent, je ne sais pas lire les billets précédents… Dommage, car j’aime bien votre blog, mais par manque de temps je ne peux lire vos billets que le week-end.

    Bonne journée,
    looloo

  2. Rodrigue says:

    Mais la démocratie est un luxe! Le luxe des gens intelligents et raffinés qui écoutent, comprennent, et marient leur intérêt avec celui des autres. De tous les autres.Pas des barbares qui tuent, pillent, créent le malheur partout où ils passent. La démocratie est belle. Elle est rare! Elle est raffinement et gestion à long terme. Mes chats ne s’exterminent pas entre eux, ils pratiquent l’échange et une forme de démocratie!

  3. racbouni says:

    Sacré Baudelaire va, comment aurait il fait sans tous ces modernes, ces démocrates et ces belges à conchier, réprouver, toiser et mépriser ?

    Qu’est ce qu’il faut comme ennemis pour remplir une vie et se positionner intellectuellement !

Répondre à racbouni Annuler la réponse.

Patrick Corneau