2416515030_d4f8e7a278_b.1238334573.jpg

hmorganlettrine2.1238348426.jpgDepuis 59 ans, chaque 1er avril le Lorgnon ne fait RIEN. Il reste vacant, fait un pas de côté. Ayant survécu à son enfer astral mais ne sachant s’il s’engage dans une Annus Mirabilis ou une Annus Horribilis comme Monsieur de Clèves, il se trouve « heureux, sans se trouver néanmoins entièrement content. »

Illustration: Le Corbeau et les premiers hommes, Musée d’anthropologie de Vancouver, photographie de Renaud Camus

  1. Natacha S. says:

    Soixante ans: la jeunesse de la vieillesse. Soyez patient, laissez infuser davantage… Et vivez encore plein de 1er avril.

    Merci! 🙂

  2. Désormière says:

    J’arrive très en retard pour vous souhaiter un bon anniversaire. Ainsi, naître un premier avril engendre la mélancolie ? Ce fut peut-être le plus beau cadeau des fées.

    Merci! Oui, j’assume (sans pathos excessif) ce « cadeau des fées »… 😉

Répondre à la Mère Castor Annuler la réponse.

Patrick Corneau