royan2.1217082369.jpg

« Royan. C’est le pays des beaux étés de mon enfance; il a gardé un vent parfumé, un ciel très haut sur la mer et ses couleurs fraîches, bleus tendres qui viennent de naître entre les nuages. »
Jacques Chardonne, Le ciel dans la fenêtre.
« Pour moi, il n’existe pas d’autre mer que celle-là. Il me faut une côte effilochée et baveuse, déserte, brûlée, le chuchotemement des vagues dans le silence plein de vent et de détonations, un bois de pins très clame avec des senteurs d’immortelles et d’oeillets sauvages. Au creux des dunes, une vigne est tapie; tout près de la désolation des courants d’air, la campagne saintongeaise commence. De ces rivages de rocs, de sable et de tumulte, un doux rayonnement l’accompagne longtemps, et c’est de là que viennent les beaux nuages de Charente. »
Jacques Chardonne, Le bonheur de Barbezieux.

royan1.1217154158.jpg

Royan à l’époque de Chardonne par Samuel John Peploe (1871-1935). Membre du groupe des Fauves écossais, aux côtés de John Duncan Fergusson, il passe une partie de l’été 1910 à Royan et y peint plusieurs toiles. Celle de gauche montre le port dominé par le célèbre Café des Bains qu’immortalisera Picasso par la suite.

Illustrations: photographie de Kittymax, collection Lord and Lady Irvine of Lairg.

  1. Arwen says:

    Bonjour,
    Très sympa comme blog.
    Je connais bien Royan. J’aime y aller, j’aime l’ambiance (surtout au printemps).
    Voici un site qui parle de Royan (entre autre) mais aussi d’autres villes et d’autres pays :
    http://www.trivago.fr/royan-36974
    N’hésitez pas à y faire un tour. Il y a aussi de très jolies photos.
    Arwen.
    Merci!!! 🙂

Répondre à Arwen Annuler la réponse.

Patrick Corneau