4034729-md.1190563687.jpg

Bruissements du monde. Notre temps produit de façon surabondante de l’écrit et de la parole. Un monde qui n’en finit pas de courir derrière sa propre réalité dans une inflation panique de discours. Ainsi, il faudrait pouvoir faire entendre le style de la monstrueuse production textuelle de L’Union européenne. Comment ne pas mettre un jour dans une fiction une phrase aussi hallucinante que: « Les experts réunis au cours de ce forum ont tenté de répondre à la question: comment mieux valoriser les biens et services produits par la nature? » Oui, vous avez bien lu, les biens et services produits par la nature. Merveilleux! Ou cette langue de bois managériale mâtinée de poncifs empruntés au sacro-saint « développement personnel » (récupération par le système de la pensée soixante-huitarde) qui donne ce bel exemple de perversion intellectuelle et éthique entendu sur une radio dans la bouche d’un grand responsable d’entreprise: « Il s’agit positivement de trouver les valeurs en terme de développement durable constituant des challenges extrêmement mobilisateurs, résolument économes en énergie et connectés en matière de nouvelles technologies au service des mobilités aussi bien des marchandises que des voyageurs en ouvrant de nombreux champs de dialogue qu’il faut inventer pour accompagner la modernisation nécessaire. » (Reprenons notre souffle) Epoustouriflant!

Illustration: « MLK Day Speech by Rev. Dr. James Forbes Jr. », photographie de Apu Kapadia.

  1. Oui, Olivier c’est cela même: langue de bois, de béton, politiquement correcte, etc. Bref, le degré zéro de la langue. Peut-être la blogattitude est une (saine) réaction à la « blablatitude »? Alors, blogons! 😉

Répondre à oliviersc Annuler la réponse.

Patrick Corneau